NDVplouescat
NOTRE DAME DES VICTOIRES
3, rue Foch 29430 PLOUESCAT
Tél : 02 98 69 62 71

ndvplouescat@wanadoo.fr

Le jeu des mousquetaires

jeu des mousquetairesLe « jeu des mousquetaires » : Un exemple de jeux empathiques pour améliorer le climat scolaire :

La règle du jeu :

Spécifiquement conçu pour des élèves de 7 à 9 ans, ce type de jeu consiste à faire jouer ensemble plusieurs équipes de 4 élèves. Dans chaque équipe, les élèves ont une position à tenir. L’un a les bras tendus parallèles au sol, l’autre les bras tendus vers le ciel, le troisième se tient sur une jambe et le quatrième (le joker) court autour de la salle selon un parcours prédéfini. Les trois premiers peuvent appeler le joker pour se faire remplacer. Le groupe qui tient le plus longtemps les positions gagne la manche…

Ce qui est recherché :

Tous les élèves doivent prendre en considération leurs partenaires : repérer celui qui va « lâcher » au risque de faire perdre son équipe. Chacun doit, par conséquent, être attentif aux mimiques, aux expressions du visage, aux cris (appels au secours)... Dans ce jeu, ce sont les corps qui s’expriment. En affichant immédiatement une réaction appropriée, l’observateur transmet de façon précise et éloquente à la fois sa conscience de la situation de l’autre et son propre engagement. En tant qu’intuition vécue des états affectifs de ses camarades, la faculté d’empathie inscrit les autres en soi. Partager des sensations vécues – rictus, grimaces, souffles, rougeurs... – donne à chaque élève la possibilité de reconnaître ses camarades comme une version possible de lui-même. C’est alors que l’empathie advient.

Exprimer l’empathie par le corps et par les mots :

l’expression verbale est sollicitée au cours ou peu après ou après chaque manche. L’élève revient alors mentalement sur lui-même et les autres en mettant des mots sur ses ressentis et ceux des autres. Ces exercices – répétés régulièrement au cours d’une année -, qui partent de soi et d’un savoir éprouvé avant de s’énoncer permettent à chacun de livrer ses impressions, ses émotions, ses gênes… mais aussi ses plaisirs et ses découvertes. Le fait d’étoffer peu à peu son réservoir de mots pour dire ses ressentis – viens me remplacer, je n’en peux plus, ne lâche pas, je ne sens plus mes jambes j’ai comme des fourmis… -, permet de mieux exprimer sa pensée, ses émois, et in fine de mieux gérer ses émotions.

Imprimer E-mail

Ressources éducatives

matoumatheux

   pepit apercu   canope   vinz et lou   ortholud   primaths   

Un site créé  avec la Web Academy  Formation wordpress à Brest et Quimper     

   NDV3Copyright © 2015 Ecole Notre Dame des Victoires Plouescat - Tous droits réservés

Если беспокоит гидроизоляция, то вам сюда Проникающая гидроизоляция